Une après-midi à la montagne – ou la gratitude

DSCF3912Aujourd’hui, nous étions lundi, ce qui chez nous est synonyme de joie car c’est le jour où nous passons toute l’après-midi dehors. Même mon grand grincheux ne résiste pas au plaisir que nous procurent ces sorties! Dès que nous nous mettons en route, il devient joyeux…

Pour cette nouvelle sortie, nous avions choisi la montagne et sommes montés à 1600 mètres d’altitude. De là haut, la vue sur les alpes et le lac d’Annecy est splendide. Nous avons randonné un peu à travers les pâturages, puis nous avons trouvé un coin tranquille pour passer des heures à jouer, explorer, chahuter, siester, lire, réviser, goûter face au Mont Blanc qui jouait à cache cache derrière les nuages…

DSCF3915
Le Mont Blanc vous salue au loin…

Lire la suite

Récoltes automnales

DSCF3904

Ça y est, il est arrivé. L’automne nous a prit par surprise! Nous sommes passés de l’insouciance des journées passées dehors, à un temps pluvieux et frais en un jour. Si la brume se dissipait, nous apercevrions peut-être les premières neiges sur le plateau…

Quel changement! J’ai même oublié de préparer nos garde-robes à ce bouleversement, me croyant éternellement en été… Les enfants sont allés jusqu’à  me réclamer une soupe, c’est dire! Le chien s’est pelotonné au fond de sa niche.

Mais nous ne sommes pas prêts de chômer encore!

Il est temps de sortir les plaids, d’entamer des chants automnaux et de préparer les tisanes pour soigner les premiers rhumes, qui n’ont pas tardé à apparaître. De rentrer les tomates vertes et de récolter les potimarrons restant et les dernières figues, abandonnant celles des branches les plus hautes aux oiseaux qui reviennent petit à petit au jardin. Lire la suite

La « power hour » – l’outil qui sauve une journée d’ief qui prend l’eau

DSCF3895 4

Avez-vous vous aussi parfois des jours où rien ne semble aller comme prévu, qui sont chaotiques, ou trop chargés par des événements autres que l’ief, où maman est patraque mais les enfants d’une énergie débordante (menaçant la santé mentale de leur mère et/ou de transformer la maison en champ de bataille), où vous êtes à deux doigts de jeter l’éponge et d’inscrire toute votre progéniture à l’école la plus proche, ou des périodes entières de nos vies où l’on a l’impression que rien ne se passe du côté de l’instruction tant nous sommes accaparés par les aléas de la vie? Si oui, vous n’êtes pas seules! Chez nous l’année dernière, c’est arrivé bien plus souvent que je n’ose y penser! Et ça me laissait un sentiment d’échec et de déception…

Mais… car oui,  il y a un mais! Cette année je suis déterminée à apprendre des techniques et utiliser des outils pour contrer ces « jours sans » qui me minaient le moral! Après vous avoir présenté le planning en boucle, je vous présente aujourd’hui un autre outil que j’ai employé pas plus tard qu’aujourd’hui: une power hour, c’est à dire une heure intensive qui condense les apprentissages et les leçons Charlotte Mason en alternant les activités rapidement. Tout ce qu’il vous faut, c’est une bonne dose de détermination un peu d’imagination et une heure, oui, juste une petite heure ininterrompue. Lire la suite

Un après-midi au bord de l’eau – ou tomates et melons…

DSCF3852 2

Depuis quatorze ans que je vis en Haute-Savoie, je n’ai jamais vu le niveau d’eau des plans et cours d’eau autour de nous aussi bas, et jamais nous avons eu besoin d’arroser autant que cet été. Je ne me souviens pas non plus avoir vécu un mois de septembre aussi sec et chaud… Certes, il est fort agréable de prolonger ainsi l’été, de se baigner encore plusieurs fois par semaine, de récolter des quantités records de figues et de tomates, mais je me demande souvent s’il faut réellement se réjouir de cette situation?

Aujourd’hui, nous étions lundi, le jour de semaine où nous passons toute notre après-midi dehors. Les enfants ont voulu aller au bord du Fier, qui n’a de fière allure plus que son nom, tellement son niveau d’eau est bas. On peut difficilement s’imaginer le chaos impressionnant qui reigne habituellement dans ces rochers! Lire la suite

Un nouvel élan: notre organisation remaniée

DSCF3838

Ce mois de juin, je n’étais pas fâchée de voir se terminer l’année scolaire. J’étais éreintée, trainant une migraine quasi chronique et souffrant d’un manque de courage cruel de me projeter dans l’année à venir. Oui, il fallait que je pense à mon organisation, que je réfléchisse au CP de ma fille, que je détermine le cap à garder, que je trouve comment combiner mes deux enfants si différents en âge et en tempérament… mais la motivation me manquait sérieusement durant tout l’été.

Et puis petit à petit au fil des semaines, il y eut des changements. D’abord, nous avons assisté à une belle métamorphose chez notre fille. C’était comme si, à ses six ans, elle se révélait. C’est une petite fille à la motivation et à l’entrain positif merveilleusement contagieux et étonnement patiente. Jusqu’à présent, elle avait rongé son frein par amour pour son frère, qui nous demande énormément d’attention et d’énergie. Mais à présent, elle manifestait une grande anticipation de ce moment tant attendu: son entrée « chez les grands » et dans les apprentissages formels. Je me suis sentie revigorifiée. Je lui devais de lui créer de l’espace pour qu’elle s’épanouisse, et je lui devais le meilleur moi-même. Je me suis replongée dans les écrits de Mason, de Karen Andreola, j’ai écouté Leah Boden pendant des heures, et je me suis reconnectée à ce qui m’avait attirée vers cette philosophie à nos débuts en ief.

J’ai fait l’inventaire de ce qui fonctionnait et ce qui ne fonctionnait plus. J’ai songé sérieusement à ce qui m’importait le plus dans l’éducation de mes enfants. Et finalement, ces longs mois d’inaction m’ont permis de trouver un nouvel élan.

Autre facteur déterminant dans ma remise en selle: j’ai décidé de mettre en pratique un outil magique, que les anglophones appellent un « loop schedule ». Cela a vraiment changé la donne dans la façon dont j’ai abordé la planification pour cette nouvelle année scolaire! Et le voilà donc notre tout nouveau planning, il est beau, il est simple, et, me direz-vous, il est grand! Oui, et nous en sommes tellement enchantés, que je voulais vous le partager et expliquer son fonctionnement. Lire la suite

La rentrée

C’est devenu un peu une tradition: nous, le jour de la rentrée scolaire, nous avons notre rendez-vous annuel avec notre médecin traitant, duquel nous repartons avec les certificats médicaux pour inscrire les enfants à leur activités sportives. Oui, nous nous en fichons un peu de cette date…

Louis va troquer le rugby, qu’il pratiquait depuis l’âge de cinq ans et demi pour le biathlon, et continuer le tennis. Sa décision d’arrêter le rugby fut difficile pour son père, qui aimait beaucoup son rôle d’éducateur auprès de son équipe. Mais nous nous réjouissons aussi du fait que notre fils sache s’affirmer de plus en plus et fasse ses propres choix. Rose elle, a récemment trouvé sa passion sportive: le patinage artistique. Elle va donc intégrer un club et s’entraîner deux heures par semaine. Lire la suite

Ni Louboutin, ni Jimmy Choo – ou merci mes enfants!

DSCF3171

Assise dans une salle d’attente, je feuillette les pages d’un magazine de presse feminine. Je m’arrête à un article intitulé « Une journée dans la vie de… ». En l’occurrence d’une femme d’affaire londonienne qui poursuit une carrière à succès, possède une maison en plein coeur de Kensington et mène une vie trépidante. Vraiment?

Ses journées commencent à 6h. Elle dit être chanceuse d’avoir une nounou à domicile qui s’occupe de ses deux filles de 6 et 8 ans dès leur réveil. Après s’être préparée, avoir choisi entre une paire de Louboutin et de Jimmy Choo, elle rejoint ses enfants à 8h pour un petit-déjeuner rapide. Puis elle les dépose à l’arrêt de bus en allant au travail.

Elle passera sa journée au bureau, présidant des réunions, s’arrêtant à peine pour déjeuner. Elle rentrera au plus tôt à 19h, et les rares fois où elle ne ressort pas pour honorer des engagements sociaux, elle commande des repas en kit qu’elle prépare à ses filles. Elle déplore n’avoir pas le temps de faire du sport et de passer plus de temps avec sa famille, ou son mari qui travail autant qu’elle…

Je ressens un petit pincement au coeur. La jeune femme que j’ai été aurait admiré, même envié certains aspects de la vie de cette femme. Son succès, sa carrière, sa situation financière, son assurance, sa « liberté »… ses chaussures! Mais me voilà, 15 plus tard, loin d’une citadine, mère au foyer, instruisant mes enfants selon les préceptes d’une enseignante britannique de l’époque victorienne, abonnée à une demi dizaine de chaînes youtube de homesteaders américains, élevant des poules, … Lire la suite