Eduquer un enfant précoce et TDA avec la pédagogie Charlotte Mason.

4-Cavallo-e-zebra-Cheval-et-zebre.jpg
Cavalho e Zebra, Giorgio De Chirico, 1948

À mon service j’ai mis
Six bons garçons.
Voici leurs noms :
Quoi, Pourquoi, Quand,
Où, Qui, Comment.
C’est d’eux que j’ai tout appris.
De l’orient
Jusqu’au couchant
Je les envoie par monts, par vaux
Mais quand s’achèvent leurs travaux,
À tous je propose
Une bonne pause.
Aux heures où d’usage
Je suis à l’ouvrage,
Je leur donne un long répit,
Et je n’oublie pas
Le temps des repas,
Car ils ont grand appétit
Mais autres gens, autres manières :
Je connais une personne
Jeune et mignonne
Qui emploie bien dix millions
De bons garçons
Et qui jamais ne leur laisse
Repos ni cesse.
À peine ouvertes ses paupières,
Au loin, pour traiter ses affaires,
Elle envoie, très urgemment,
Un bon million de Comment
À peu près deux millions d’Où,
Et surtout…
Sept millions de Pourquoi !

Rudyard Kipling, L’enfant d’Eléphant, 1902

J’ai un enfant « étiqueté » à haut potentiel avec tda. Dans mes mauvais jours, j’ai l’impression d’avoir en face de moi un véritable vortex d’énergie tant la gestion de son hyper-sensorialité, son perfectionnisme insatisfait, son hyper-sensibilité, son bouillonnement intellectuel et son hyperesthésie m’épuisent!

On me pose régulièrement la question si je pense que la pédagogie Charlotte Mason est adaptée à ces enfants. La réponse rapide est oui, je la trouve idéale même! Lire la suite

L’inactivité magistrale II: Le pêcher et la porteuse d’eau…

resizer giovanni fatorri aguadoras de livorno 1865   bottega d´arte livorno.jpg

Pour poursuivre ma série de billets sur le thème de l’inactivité magistrale, je me suis inspirée de deux métaphores que Mason emploie pour illustrer cet idéal vers lequel un parent devrait tendre selon elle. Elles m’ont beaucoup aidé à mieux comprendre ce concept et j’espère qu’elles seront aussi parlantes pour vous…

Le pêcher – ou de l’intérêt des bonnes habitudes 

Mettons un noyau de pêche en terre. Il germera, grandira rapidement et, deux étés plus tard, nous offrira ses premiers fruits. Mais tout au long de sa croissance, nous jardiniers, lui apportons engrais et soins, le protégeons du froid et des plantes envahissantes, l’arrosons, le taillons et le tuteurons. Mais ces interventions occupent qu’une petite fraction de l’existence du petit pêcher. Car le reste du temps nous laissons la nature, l’air, le soleil et la pluie faire leur oeuvre. Le résultat?  De beaux fruits juteux. Mais si au contraire nous ne jouerions pas ce petit rôle dans la croissance de l’arbre, nous récolterions de petits fruits durs et amères. (D’après Home éducation – vol. 1, page 134). Lire la suite

L’inactivité magistrale – I : L’enfant et la Nature

Charlotte Mason n’avait pas d’enfant, mais c’est peut-être justement ce fait qui lui donna le recul nécessaire pour cerner et analyser très finement les interactions entre les parents (plus particulièrement les mères) et leurs enfants. Quand on étudie ses écrits, on découvre une méthode d’éducation douce mais ferme, simple, qui respecte la nature de l’enfant mais aussi les besoins du parent instructeur.

DSCF9358.jpg

Une des idées clé de la philosophie de Charlotte Mason est ce qu’elle appelait « l’inactivité magistrale » (masterly inactivity ou wise pasiveness). Il s’agit d’une attitude morale du parent ou de l’enseignant et qui s’applique à tous les domaines de l’éducation. Il s’agit de l’art de laisser grandir et évoluer l’enfant selon sa propre nature. Mason parle de letting children be,  littéralement de « laisser les enfants être ».  Mais qui n’a rien à voir avec le « laisser faire »!  C’est la capacité qu’a le parent à prendre du recul, à s’effacer même, afin que l’enfant puisse être et devenir le meilleur de lui même, tout en étant discrètement guidé et orienté par l’adulte, en accord avec ses valeurs morales. L’adulte cherche à entraver le moins possible les relations que l’enfant tisse avec son environnement et ses apprentissages. Lire la suite

A l’essais: apprendre les langues étrangères avec Charlotte Mason et la méthode Gouin

DSCF9452Les élèves de Charlotte Mason étaient réputés pour leurs excellentes connaissances en langues étrangères. Ils apprenaient le français, l’allemand, l’italien et le latin.  Patriote, Mason estimait que chaque individu est l’ambassadeur de sa nation, de sa culture.  Par conséquent,  en tant que bon ambassadeur qui se respecte, chacun se devait d’être capable de converser avec les personnes d’autres cultures et nations parlants d’autres langues. Pourtant, quand on examine les emplois du temps de ses élèves, on remarque qu’ils n’avaient pas plus de trois à quatre leçons par semaine et par langue. Alors quel était la clé de ce succès? Lire la suite

Nouvelle année, nouvelle méthode de mathématiques…

DSCF9241Ne suivant pas vraiment le calendrier scolaire, notre « non-rentrée » s’est plus ou moins faite fin septembre… J’avais déjà décrit mon dilemme pour trouver une méthode pour enseigner les mathématiques il y a quelques temps.  Suite à ce billet et grâce à Brune du blog Grandir près du châtaignier ainsi qu’à une lectrice de mon blog, j’ai découvert les manuels des éditions du Grip.

Après avoir pu largement les feuilleter sur leur catalogue en ligne, je me suis décidée à essayer le manuel Compter et Calculer CE1.  Cela fait donc plusieurs semaines maintenant que nous l’utilisons et le bilan est très positif! Lire la suite

Trucs et astuces pour la fabrication du matériel Fransya

© Une année avec charlotte

Je fais suite à mon billet sur l’apprentissage de la lecture et de l’écriture avec la méthode Fransya…

La fabrication des graphèmes à toucher (lettres rugueuses) peut être fastidieuse, alors je partage ici mes astuces pour ceux qui se lanceraient dans cette aventure.  Et, cadeau en prime, je vous fourni mes gabarits au format pdf pour les deux écritures! Lire la suite

Méthode Fransya: quand écrire rime avec plaisir

DSCF9172Quand mon fils est rentré à l’école à trois et demi, c’était un garçon très curieux, joyeux et un grand amoureux des livres.  Le jour de sa première rentrée c’était le plus heureux des petits garçons.  Il s’imaginait apprendre des choses extraordinaires comme lire, écrire et calculer… Mais que sa déception a dû être grande!  Pourtant, personne remarqua sa souffrance grandissante car il ne laissait rien paraitre pendant plus d’un an. Puis, de jour en jour, sa petite flamme s’est éteinte…

Arrivé en grande section, sa souffrance était devenu telle, que nous l’avons déscolarisé d’urgence.  Je me suis retrouvée face un petit bonhomme souffrant d’une dépression enfantine sévère, de phobie scolaire, totalement éteint et dépourvu d’envie d’apprendre… Lire la suite

Livres vivants: les étapes d’une leçon Charlotte Mason

DSCF9027
©Une Année avec Charlotte 2015

Un amoureux des livres qui découvre les idées de Charlotte Mason, sera vite conquis par l’idée d’enrichir l’instruction de ses enfants avec des « livres vivants ». Il choisira des titres, enthousiaste à l’idée de se lancer sur cette voie. Après quelques recherches, il découvre le principe des leçons courtes et de la narration. Mais la simplicité de cette méthode peut être déconcertante, surtout quand on à  reçu une éducation avec des méthodes « classiques » d’enseignement. Suffirait-il de lire des livres et pratiquer la narration? Comment fait-on, concrètement, pour utiliser les livres vivants comme outils d’enseignement?

En fait, la simplicité des « leçons lues » n’est qu’apparente! Car pour instruire à la manière de Charlotte Mason, l’adulte doit se placer non pas dans le rôle d’un «pourvoyeur de connaissances», mais dans celui d’un «semeur d’idées». Par ces lectures, on cherche à instiller l’émerveillement pour le monde qui l’entoure et la joie d’apprendre dans l’esprit de l’enfant, de le rendre acteur de ses apprentissages. Pour moi, c’est un vrai défi pour l’adulte, qui doit à tout moment se garder de ne pas donner des « leçons», de ne pas «pré-mâcher» les idées et les liens que l’enfant est capable de tisser lui-même, tout en lui donnant les clés et les outils pour y parvenir. Lire la suite