Le geste d’écriture

DSCF1206.JPG

Avant l’ief, je ne m’étais jamais vraiment penchée sur la question de l’apprentissage de l’écriture… Le cheminement qui mène à l’écrit, la tenue du crayon, tout ça parait naturel voir anodin, non? Mon aîné avait (moyennement bien) appris à tenir son crayon et commencé l’apprentissage du tracé des lettres en maternelle avant d’être déscolarisé. J’avais directement enchainé avec la méthode Fransya. Ce fut ma première prise de conscience…

Mais quid de sa petite soeur? Comment allais-je m’y prendre? J’ai regardé des exercices de graphismes, parcouru la toile et Pinterest, sans être vraiment convaincue par ce que je trouvais. Jusqu’à ce que je tombe sur le site de Danièle Dumont, spécialiste de l’écriture, qui fustige justement la confusion récurrente entre graphisme (dont l’objectif est de « produire une trace ») et écriture (dont l’objectif est de « produire du sens »).  Sa réflexion sur l’écriture manuscrite m’a conquise, et sa méthode me semblait « transposable » dans le cadre de l’ief (même si, à ses yeux, ce domaine devrait être réservé aux professionnels de l’école…). Je me suis également procuré son livre dans la foulée. Au fur et à mesure que j’en apprenais plus sur l’apprentissage de l’écriture, je faisais également la lumière sur les ratés de mon propre apprentissage.

Les souvenirs que j’en garde sont plutôt mauvais: premièrement, je suis gauchère (pas de ceux qui mettent le poignet en crochet puisque ma main reste sous ma ligne d’écriture) mais à l’école on tenta d’abord de me « convertir » en droitière. Une affaire très douloureuse physiquement, à laquelle ma mère mit heureusement fin assez rapidement. J’en garde une certaine ambidextrie pour des activités telles que la couture et le maniement du couteau et des ciseaux. Mais d’autre part, l’écriture a toujours été un acte douloureux pour moi, causant une déformation du majeur tellement je suis crispée sur mon crayon. Ces symptômes se sont aggravés avec l’âge si bien qu’aujourd’hui je ne peux presque plus écrire ni dessiner tellement les crampes sont douloureuses.

Pour tenter d’éviter des déboires à ma fille (droitière comme son frère), je multiplie les activités préparatoires directes ou indirectes (de façon très informelle) afin qu’elle entre dans l’écrit avec joie et réussite: jeux, comptines, travaux manuels, exercices de latéralisations, motricité fine des doigts… Et jusqu’à présent je suis vraiment satisfaite du choix de cette méthode.

41L9IdKhSEL._UY250_.jpgConcernant le livre de Mme Dumont, attention il est très « technique » et destiné à des professionnels donc pas toujours abordable (voir indigeste) pour la simple néophyte que je suis. Mais, même à mon modeste niveau, j’arrive à en tirer des informations et des astuces très utiles sur la mise en pratique de cette méthode et d’en comprendre les principes fondamentaux. Il est très utile aussi pour se réperer avec les cahiers d’écriture que l’auteure propose également aux éditions Hatier.

Conçu comme des outils de liaison entre l’école et les familles, ces derniers ne sont pas indispensables (au niveau maternelle) en ief car ils consignent et valorisent toutes une panoplie d’activités préparatoires. Mais ils plaisent beaucoup à ma puce qui aime « travailler » dedans comme une grande! Ils présentent également l’avantage d’offrir une méthode complète et progressive allant de la PS au primaire. Avec mon fils, nous avons notamment testé (et approuvé!) le cahier d’écriture des majuscules au CE1. Au delà du primaire , Mme Dumont propose également des cahiers de remédiation.

DSCF1203.JPG

Autre avantage de cette approche: elle nécessite aucun matériel spécifique. Quelques gommettes, du papier brouillon, de la peinture à doigt, de la colle, des ciseaux, des cubes de construction, allumettes et autres objets usuels, quelques jolis albums et du temps pour son enfant suffisent amplement pour des activités ludiques et simples à mettre en oeuvre.

Pour en savoir plus sur la méthode Dumont:

Le site: Le geste d’écriture

Une vidéo de mise en application en PS: en petite section, vers l’écriture

Tous les ouvrages de Danièle Dumont: aux éditions Hatier 

Un exemple d’activité: les comptines

Les pages prises sur mes photos sont celles du cahier d’écriture 1 Gestion de l’espace graphique / Latéralité et tenue du crayon.

5 réflexions sur “Le geste d’écriture

  1. Merci beaucoup!!!!!!!!!!!!! Ça fait quelques semaines que je bute sur l’apprentissage de l’écriture du coup bim bam boum,le père Amazon va m’envoyer ces cahiers dont tu parles pour noël 😉 Merci encore une fois pour un article qui m’aide beaucoup 😀
    Belles fêtes de noël à toi et à ta famille!

    J'aime

  2. Je vois que cette méthode est peu à peu utilisée par des parents, je me sens moins seule 🙂

    Je me suis lancée aussi, en achetant également le livre qui me semble indispensable pour bien comprendre la méthode. Au bout de 2/3 lectures, les choses s’éclaircissent vraiment, ça vaut le coup de persévérer.
    Mon fils a fini le cahier 1 de maternelle (horizontalité, tenue de crayon sont parfaitement acquises, nous abordons la boucle, il sait maintenant écrire « le » et le geste « coule », c’est un plaisir de voir que c’est une évidence, ce qui ne l’était pas pour son grand frère.

    Vraiment, il faut se lancer, les résultats sont là, et une maman motivée peut tout à fait y parvenir (c’est moi qui ai posé la question relative au hockey sur le site de Danièle Dumont)

    Le seul bémol pour moi c’est l’approche globale : Danièle Dumont préconise de faire écrire des mots entiers à l’enfant alors qu’il ne sait pas lire ‘ »celle-ci, il écoute… » et j’ai pas encore trouvé comme éviter ça tout en suivant la progression qu’elle préconise, tout à fait pertinente du point de vue de la forme des lettres…

    J'aime

    1. Merci pour ce témoignage 🙂
      J’utilise principalement cette méthode avec ma fille pour préparer la suite, qui pour nous, se fera avec Fransya. Je ne compte pas lui apprendre l’écriture à proprement parler avec la méthode Dumont. En revanche j’apprécie beaucoup les cahiers d’écriture pour les enfants ayant déjà appris à écrire, pour s’entrainer, s’améliorer, se corriger, apprendre le tracer des majuscules…

      J'aime

      1. je suis un peu dans la même disposition d’esprit puisque pour l’instant il apprend les voyelles avec Danièle Dumont, (e, i, u, o, a qui sont dans les 8 premières lettres étudiées, ce qui m’arrange bien)

        Mais ensuite, dès que le a sera appris, je compte passer sur Fransya (découverte grâce à vous !).

        Je pense que je continuerai tout de même Dumont en parallèle car je suis assez convaincue par son idée selon laquelle il vaut mieux apprendre un geste à l’enfant, qui sera donc fluide, naturel, que lui demander de reproduire le dessin d’une lettre, qui aboutirait à un résultat plus figé… affaire à suivre !

        J'aime

Vos commentaires font toujours plaisir et nourrissent mon blog...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s