Haut les coeurs!

DSCF0033

Cela fait longtemps que je n’ai pas publié de billet… Le fait est que ces derniers mois j’ai traversé une grande période de doute, et de lassitude aussi.

Seule face aux difficultés de mon fils, j’ai mis en doute ma capacité à continuer de l’accompagner dans ses apprentissages. Je ne m’étais jamais imaginé vivre ce style de vie avant que mon enfant fasse une dépression et que nous le déscolarisions. Je ne suis ni pédagogue ni enseignante dans l’âme. Pour être franche, ce sont des domaines auxquels je m’intéressais que très peu!

Et puis il y a le poids de la responsabilité. Oui, car l’ief est – pour moi, une sacrée responsabilité à porter! En tant que parent instructeur je ne suis plus « juste » responsable de l’éducation de mes enfants, mais aussi de leur instruction. Et si je me plantais? Et si je ne parvenais pas à les « outiller » assez bien pour qu’ils puissent poursuivre leurs rêves?

J’ai appris à mes dépends le danger qu’il y a à se perdre en ief. À vivre 24h sur 24 avec ses enfants, à penser ief, à rêver ief, à passer des heures à rechercher, ruminer, hésiter sur quels manuels utiliser, à se documenter, à fabriquer du matériel, on peut facilement s’oublier… Que d’énergie mentale dépensée pour nos chères têtes blondes!

J’ai aussi douté de l’utilité de tenir ce blog.

Puis, au moment où les politiques ont mît en émoi toute la communauté ief de France en mettant en danger l’avenir de ce mode d’instruction, nous nous sommes envolés pour le Brésil. Un mois à être chouchoutés par mes parents qui vivent là bas à présent, à voyager, être dépaysés et à recharger nos batteries!

J’ai repris courage.

D’ailleurs quel autre choix ai-je que de continuer? Le fait est que j’ai un enfant qui ne survivrait pas à l’école et que je suis incapable de le sacrifier au nom de ma « liberté » personnelle. Il y a également tant d’aspects de notre vie actuelle auxquels je suis trop attachée désormais pour les abandonner!  A moi maintenant de trouver un meilleur équilibre afin que je me sente « nourrie » aussi en dehors de mon rôle de maman à temps pleins…

Et le blog?

Il va continuer d’exister. C’est ma petite bulle créative, ma soupape, qui recueille tout ce que j’ai pu acquérir comme connaissances et comme expériences dans cette aventure et qui, je l’espère, peut être utile et enrichissant pour d’autres…

À tout bientôt pour de nouveaux billets!

20 réflexions sur “Haut les coeurs!

  1. « à se perdre en ief. À vivre 24h sur 24 avec ses enfants, à penser ief, à rêver ief »
    « quel autre choix ai-je que de continuer? Le fait est que j’ai un enfant qui ne survivrait pas à l’école »

    Deux phrases qui me parlent tellement… Je n’ai pas grand chose de constructif à dire, juste : je te souhaite bon courage, et beaucoup de réconfort.

    J'aime

  2. “Le problème avec ce monde est que les personnes intelligentes sont pleines de doutes tandis que les personnes stupides sont pleines de confiance.” Courage ! Moi aussi je laisse parfois mon blog en friche pendant de longues périodes, je pense que tous les blogueurs passent par là.

    J'aime

  3. Merci pour ces nouvelles. Comme je comprends ce que tu écris. Je vis la même chose, entre Luc qui me parait ressembler beaucoup à ton fils, et Paul dont l’autisme m’a plongé dans une vie que je n’imaginais pas… Je te l’ai déjà écris, merci encore, tes conseils et tes recherches de supports ont été d’une grande aide pour Luc et moi. Merci aussi pour ton blog, qui est d’une rare qualité, aussi bien dans le fond que dans la forme. Courage, et je te souhaite de trouver un moyen pour nourrir ta vie « personnelle », ta vie de « pas maman ». séverine.

    J'aime

  4. J’ai connu et connaîtrai encore cette période de doute où le fardeau de l’instruction (c’est comme ce la que le vois dans ces moments) est trop lourd à porter sur mes épaules. Et puis, le blog oui il faut s’en éloigner pour mieux y revenir, et le faire pour soi-même.

    Ce n’est pas tous les jours faciles, c’est pourtant le meilleur que tu leur offres et que tu t’offres.
    Plein de pensées de réconfort et d’encouragement.

    J'aime

  5. 💜💜💜
    Heureuse que tu retrouves un équilibre. Je connais bien les états que tu décris.
    Ma porte est grand ouverte si tu as besoin de soutien ou simplement te changer les idées!! 😀

    J'aime

  6. Que tes mots sont justes ! Je les comprends très bien, moi non plus je n’avais pas choisi au départ l’IEF, mais les circonstances m’y ont contrainte, et même si je n’ai jamais aimé enseigner, il fallait bien s’y mettre. En 9 ans d’IEF jusqu’à maintenant, je n’ai jamais arrêté de douter, ou si peu… Et puis les enfants grandissent, on se dit que finalement, tout passe, et on a bien fait de le vivre quand c’était possible, c’est tellement précieux ces moments qui passent très vite (tu sais, ceux qui semblent interminables quand on est à bout et en plein dedans), même avec les burn out, même avec les doutes, la fatigue, le sentiment d’inutile parfois aussi.
    La sagesse est sûrement dans l’acceptation de ces vagues d’énergie/découragement.
    Contente de lire que tu as fait le plein d’énergie et que tu repars du bon pied =^.^=

    J'aime

  7. Je découvre avec grand plaisir votre blog!

    Le quotidien d’une maman à la maison est parfois un long chemin solitaire. Les changements de rythmes et les témoignages des autres sur la toile m’ont souvent aidés à tenir le coup. Ces moments de doutes sont souvent un passage avant de bons moments avec les enfants. Un mal nécessaire peut-être?!

    J'aime

    1. Oui, c’est vrai qu’il faut constamment s’adapter et que les changements font du bien! D’ailleurs nous sommes en train de revoir notre organisation et en plein déménagement de notre « coin travail » pour avoir plus d’espace et plus de luminosité 😉

      J'aime

  8. Bonjour, j’ai un petit garçon de 5 ans, précoce, avec qui je pratique l’ief. Je comprends chaque mot de votre article ! Le doute est une preuve d’intelligence et je pense qu’il est très sain que nous doutions parfois de notre choix d’instruction en famille mais comme vous le dites si bien avons nous vraiment le choix tant nos enfants ne seraient pas « bien » dans le système scolaire classique… Le danger de l’ief c’est l’enfermement pour les parents, avez vous l’occasion de rencontrer ou d’échanger avec d’autres familles?

    J'aime

    1. Bonsoir, merci pour votre petit mot. Oui, j’ai la chance de vivre dans une région où il y a de nombreuses familles ief (la même que vous d’ailleurs il me semble😉) et c’est vrai que ces échanges et rencontres sont bénéfiques et enrichissants. Mais ce qui me resource le plus, personnellement, ce sont les moments où je m’échappe du quotidien, où j’ai du temps rien que pour moi: activité sportive, week-end en amoureux, en solo ou avec des copines, bouquiner,etc.

      Aimé par 1 personne

Vos commentaires font toujours plaisir et nourrissent mon blog...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s