Méthode Fransya: quand écrire rime avec plaisir

DSCF9172Quand mon fils est rentré à l’école à trois et demi, c’était un garçon très curieux, joyeux et un grand amoureux des livres.  Le jour de sa première rentrée c’était le plus heureux des petits garçons.  Il s’imaginait apprendre des choses extraordinaires comme lire, écrire et calculer… Mais que sa déception a dû être grande!  Pourtant, personne remarqua sa souffrance grandissante car il ne laissait rien paraitre pendant plus d’un an. Puis, de jour en jour, sa petite flamme s’est éteinte…

Arrivé en grande section, sa souffrance était devenu telle, que nous l’avons déscolarisé d’urgence.  Je me suis retrouvée face un petit bonhomme souffrant d’une dépression enfantine sévère, de phobie scolaire, totalement éteint et dépourvu d’envie d’apprendre… Lire la suite